Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 21 août 2011

le coup de la dent dans le steak: ça sent l'arnaque

Début aout, un groupe d'angevins contacte les médias pour leur faire part de leur découverte: une dent sur pivot de 2cm, avec les racines, trouvée selon eux, dans un steak haché vendu par Carrefour.

Ca sent la grosse arnaque à plein nez!!! et la tentative d'escroquerie par la même occasion.

En effet, il est IMPOSSIBLE qu'une dent, qui plus est de 2cm, se retrouve accidentellement (et même volontairement) dans un steak haché industriel.

Comme le montrent ces photos, les ouvriers sont équipés de bottes, blouse, charlotte et masque à usage unique. Le lavage des mains et le passage dans un pédiluve est controlé et surveillé par caméra sur l'ensemble du personnel.

La température des salles de travail est de 4 à 6 degrés pour respecter la chaine du froid. Tout est automatisé et aucun steak n'est manipulé. La viande est controlée en temps réel: poids, taux de graisse, etc... par ordinateur.

haches.jpg

Selon Carrefour "le process est logiquement sans faille. La viande est hachée dans un broyeur puis le steak est réalisé par une formeuse. Il est ensuite immédiatement conditionné en barquettes qui passent sous un détecteur de métaux avant la mise en carton". Les cartons sont ensuite soumis à un scanner où tout corps étranger est identifié.

Déjà un morceau de dent aurait du mal à se retrouver dans la chaine de fabrication. Mais là, une dent de 2cm avec la racine, qui n'aurait pû être perdue qu'avant broyage de la viande, aurait provoqué un beau malaise de son propriétaire avec une belle perte de sang vu le trou béant laissé (on peut voir la fameuse dent un peu partout sur internet) ce qui aurait alerté les collègues, le responsable de la chaine, etc...

De plus, si on admet que celà ait eu lieu (alors que déjà c'est quasiment impossible), la dent aurait été broyée par le broyeur (donc ne serait pas arrivée intacte chez les consommateurs) ou aurait bloqué le dit broyeur en cas de réglage sensible. Elle ne pouvait donc pas passer cette étape!

Etape suivante: la viande hachée passe dans une formeuse qui la calibre au gramme près, une dent de cette taille (et donc la différence de poids du steak) aurait bloqué la chaine de production pour détection de poids anormal.

Bon, admettons qu'elle arrive encore intacte au delà de cette étape, comme disait Bigard (pas l'industriel en question, mais l'humoriste, dans son sketch sur la chauve souris enragée) "jusque là j'ai pas d'bol".

Là, la barquette est controlée visuellement par un humain bien équipé de masque, charlotte, blouse, gants... qui ne touche pas les barquettes mais se contente d'un controle visuel (un gros chicot de 2cm, ça se voit sachant que son boulot est de détecter la moindre imperfection!).

Puis elle est scellée par une machine, passe dans un détecteur de métaux dont le réglage est ultra sensible puisqu'il a pour but de repérer d'éventuels morceaux métalliques pouvant provenir des lames du broyeur ou des mailles des protections des bouchers lors de la découpe.

Enfin les barquettes sont mises en cartons, et les cartons passent dans un scanner qui détecte lui aussi le moindre élément qui n'aurait pas sa place: c'est à dire tout ce qui n'est ni l'emballage plastique ni la viande!

Le steak arrive avec sa dent chez le client: il ouvre l'emballage mais ne voit ni ne sent la dent de 2cm! Il cuit son steak mais ne voit toujours rien quand il le retourne. Enfin comme la plupart des gens, il a sûrement piqué son steak avec une fourchette pour faciliter la cuisson mais n'a toujours rien senti, et la dent n'est pas devenue visible quand le steak a rétréci à la cuisson!

Enfin une fois dans l'assiète, madame machin n'a toujours rien vu, et quand elle a coupé un morceau de viande, vu la taille de la dent elle n'aurait dû voir que celà!!!Et sa fourchette ne pouvait du coup pas piquer dans le morceau.

Elle dit: "j'ai failli m'étouffer". Vu la taille de l'objet, elle aurait dû la sentir en ouvrant la bouche! Et encore il ne devait pas y avoir beaucoup de viande autour à moins d'être une vocare et de bouffer son steak en 4 bouchées!

La famille Groseille annonçait être prète à se soumettre à des tests ADN afin de prouver que la dent ne leur appartient pas.

Là c'est du foutage de gueule, car si l'histoire est bidonnéee comme il est plus que très fort probable, il a été facile de trouver la dent dans un vide grenier ou n'importe où ailleurs et évidemment aucun des consommateurs n'en étant propriétaire, il n'y a aucun risque de trouver leur ADN...

La conclusion qui en dit long sur l'évidence de cette affaire, propos tenus par le monsieur qui a invité ses amis (voir la vidéo sur Ouest-France.fr): "On va essayer de trouver un arrangement avec Carrefour".

Ca y est vous avez tout compris ;-)

 

Photos: © DR, © AFP

Les commentaires sont fermés.